Le danger des sulfites

 

 

Les sulfites, même à faibles doses peuvent être nocifs pour la santé. Ils peuvent provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes, souvent chez les asthmatiques et déclencher des réactions d’intolérance (maux de tête, éternuement, nez qui coule, démangeaisons…). On désigne généralement sous le terme d'intolérance aux sulfites.

 

Les sulfites sont des composants chimiques contenant l’ion sulfite SO3 2-. Ce sont des substances qui existent dans la nature (aliments fermentés, polluants atmosphériques : SO2, H2SO3). Ils sont utilisés par l’homme comme conservateurs, ajoutés dans certains aliments pour leurs propriétés anti-oxydantes, et dans certains médicaments pour leurs propriétés antiseptiques. Ils étaient utilisés dès l’époque romaine pour conserver le vin.

 

On ne les trouve pas naturellement dans les aliments non fermentés. La consommation moyenne en France est estimée à 20 mg par jour. Dans la législation Européenne, ils correspondent aux codes E 220 à E228 :

 

  • E220 Anhydride sulfureux
  • E221 Sulfite de sodium
  • E223 Bisulfite de sodium
  • E224 Métabisulfite de sodium
  • E225 Sulfite de potassium
  • E226 Sulfite de calcium
  • E227 Bisulfite de calcium
  • E228 Sulfite acide de potassium

 

Les noms sur les étiquettes

 

Les sulfites sont obligatoirement mentionnés sur les étiquettes grâce à leurs différents numéros :E 220, E221, E222 E223, E224, E225, E226, E227, E228.

 

Les sulfites sont encore dénommés : Acide sulfureux(E220), Sulfite de sodium ( E221),Sulfite acide de sodium (E222),Disulfite de sodium (E223), Disulfite de potassium (E224), Sulfite de calcium(E25), Sulfite acide de calcium(E226), Sulfite acide de calcium (E227) et Sulfite acide de potassium(E228).

  • Le E220 renforce l’ arôme, blanchit et stabilise.
  • Le E221 est un Antimicrobien et antioxydant
  • Le E222 est un Conservateur et permet le blanchiment .
  • Le E227 est un agent épaississant et évite la fermentation

 

Qu’est-ce que l’intolérance aux sulfites ?

 

On parle en effet d’intolérance aux sulfites et non d’allergie car il s’agit bien souvent d’une réaction inflammatoire non spécifique, liée à l’activation de l’immunité innée suite à l’exposition des cellules aux sulfites : c’est une intolérance à un produit chimique. Les personnes asthmatiques ou porteuses d’un syndrome de Fernand-Widal (polypose nasale + asthme + intolérance à l’aspirine) sont plus sensibles à l’effet irritant des sulfites : environ 5% des asthmatiques présentent une difficulté à respirer suite à la consommation d'aliments riches en sulfites, dans la demi-heure en général. Les autres symptômes rapportés sont : un écoulement du nez, des éternuements, des démangeaisons, voire une urticaire ou des douleurs abdominales.

 

La conduite à tenir est simple : elle repose sur l’éviction des aliments et boissons riches en sulfites.

 

Selon le rapport de l’Anses, « le risque d’une exposition aux sulfites ne peut être écarté pour certaines catégories de consommateurs, notamment les gros consommateurs d’alcool) ». La consommation d'alcool représente 70% d’absorption de sulfites. En France, cela représente un million d'individus qui consomment plus de 0,7 mg par kg de poids par jour de sulfites, soit environ 50 mg par jour pour un individu de 70 kg.

 

Néanmoins, la liste est longue, et avant de mettre en place des restrictions alimentaires, on peut proposer la réalisation d’un test de réintroduction aux sulfites, sous surveillance hospitalière, pour apporter la preuve de cette intolérance.

 

 

Dans quels aliments trouve-t-on beaucoup de sulfites ?

 

 

Ces conservateurs sont surtout retrouvés dans les vins, en quantité plus importante dans les vins blancs et rosés, moins dans les vins rouges. En France, depuis le 25 novembre 2005, les bouteilles doivent mentionner la présence de sulfites si la teneur excède 10 milligrammes par litre.

 

Les vins élaborés à partir de raisins cultivés en agriculture biologique contiennent aussi des sulfites mais en plus faible quantité. La plupart des bières actuelles n’en contiennent plus.

 

Concernant les aliments, les fruits secs sont particulièrement riches en sulfites. On en trouve également dans les salades conditionnées sous plastique, les plats déshydratés, les pommes de terre séchées, les conserves de poissons, les conserves de cornichons… En Europe, la déclaration de la présence de sulfites dans les aliments est obligatoire dès lors que leur concentration atteint 10 mg/kg ou 10 mg/L.

 

Il faut donc bien lire l’étiquette avant de consommer un aliment nouveau lorsque l’on est porteur d’une intolérance aux sulfites.

 

 

Pour indication, la liste suivante récapitule quelques concentrations maximales autorisées en sulfites par aliments :

 

Aliment/Boisson Concentration maximale autorisée

  • Fruits secs 1000 mg/kg
  • Vins blancs et rosés 210 mg/L
  • Cidres 200 mg/L
  • Vins rouges 160 mg/L
  • Jus de citron (non frais) 100 mg/L
  • Pommes de terre en flocons 100 mg/kg
  • Fruits confis 60 mg/kg

 

Exemples

 

  • E220 : Viande de hamburger, bières, cidres et poirés, confiserie, confitures, fruits confits, gelées, abricots secs, ...
  • E221 : Blanchiment des filets de morue salée
  • E222 : Vins, cidres, bières, hydromels
  • E228 : Hamburgers, pommes de terre déshydratées, fruits secs, confiseries, bière, vin

 

En résumé, faites attention aux les aliments suivants :

  • Fines herbes
  • Cornichons, ketchup, moutarde
  • Confiture
  • Fruits : conserve, confits, séchés, jus, salades, sirop…
  • Légumes : en conserve, congelés, séchés
  • Céréales
  • Charcuteries
  • Poissons et crustacés
  • Pommes de terre sous toutes ses formes
  • Biscuits, pains, gâteaux..
  • Vinaigre, vinaigrettes
  • Vins
  • Sauces
  • Soupes…

 

Comment vous débarrasser des sulfites ?

 

Les aliments détoxifiants peuvent vous aider à vous débarrasser des sulfites ou de tout toxiques alimentaires. Il y a les aliments contenant du souffre comme les fruits de mer, le poisson, les œufs, les produits laitiers, les amandes, les noix et les noisettes, l’oignon, l’ail, la ciboulette, les poireaux, les lentilles et autres légumineuses, le navet, les choux, le brocoli, le cresson, les asperges et la chlorella.

 

Source : Extrait d'une publication faite le 3 juin 2013 par le Pr François-Xavier Blanc, chef du service de pneumologie au CHU de Nantes.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Driss (mardi, 16 janvier 2018 13:27)

    La majorité de l'article est une reprise intégrale d'un article publié en 2013 par un professeur à la fac de médecine de Nantes , il fallait citer cette source ou changer un peu la rédaction.Ça n'inspire pas confiance.

  • #2

    Thierry Morfin (mardi, 16 janvier 2018 20:56)

    Vous avez raison. C'est une erreur dans le copier-coller de cet article qui était sur mon premier blog (billetnature.over-blog.com) avant ce site ou la source est indiquée à la fin. Je répare donc.

  • #3

    ili (mardi, 25 septembre 2018 23:01)

    J'ai pas compris l'idée de "désulfiter"? De plus dans l'ail et l'oignon il y a du souffre qui fait le meme effet que le sulfite en tout cas pour moi