Le gluten et la maladie coeliaque

 

 

L'intolérance au gluten est une maladie des populations modernes qui fait de plus en plus de victimes. Elle s'appelle maladie cœliaque. Cette maladie est due à des composantes propres aux céréales qui sont des végétaux qui ont été introduit dans l'alimentation humaine que très récemment. Ce qui est particulier dans les céréales, c'est que ce sont les "bébés" de ces plantes et que les graines possèdent des substances qui les protègent des prédateurs "granivores" pour leur survie. Deux de ses substances les plus toxiques sont la gliadorphine et les exporphines.


La gliadorphine et les exporphines du gluten manifestent une forme d'imitation moléculaire qui affecte le système nerveux, mais d'autres protéines de blé ont un effet sur les différents systèmes des organes. Il y a aussi la pertactine qui est considérée comme un facteur de haute virulence immunisante, et est utilisée dans les vaccins pour amplifier la réponse immunitaire adaptative.

 

Trop de gluten dans le blé moderne

 

Malheureusement, pour des questions de rendement et pour permettre un meilleur aspect des pâtes levées dans les produits de boulangerie ou de pâtisserie, le blé a été modifié. Des croisements et des modifications ont permis d'augmenter les proportions de gluten dans le blé. La vidéo qui suit vous présente le témoignage d'un boulanger qui cultive lui-même un blé ancien vous explique l'importance de ne pas consommer ce blé moderne tous les jours.

 

 

John B. Symes, docteur en médecine vétérinaire, a le premier attiré l'attention sur le potentiel excitotoxique du blé, des produits laitiers et du soja à cause de leurs niveaux exceptionnellement élevés d'acides aminés non essentiels, l'acide glutamique et l'acide aspartique. L'excitotoxicité est un processus pathologique selon lequel les acides glutamique et aspartique provoquent une suractivation des récepteurs de la cellule nerveuse menant à des dommages cérébraux et nerveux causés par le calcium. De toutes les céréales communément consommées, le blé contient les niveaux les plus élevés d'acides glutamique et aspartique.
L'acide glutamique est reconnu pour donner au blé son goût exceptionnel qu'il provoque sur nos palais et c'est pour cela que les industriels rajoutent le fameux glutamate pour provoquer encore davantage l'envie de manger du pain ou des produits à base de blé.


Ainsi, la popularité du blé, ainsi que son activité opioïde, a probablement tout à voir avec les exhausteurs de goût qui y sont naturellement présents. Mais ces acides aminés peuvent contribuer aux maladies neurodégénératives comme la sclérose en plaques, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Huntington et d'autres désordres nerveux comme l'épilepsie, les troubles du déficit de l'attention et les migraines.


La maladie cœliaque nous reflète à quel point notre alimentation a dévié d'un régime qui était autrefois sans blé et, jusqu'à récemment, sans céréales. Nous sommes tellement loin de cette énorme transition du Néolithique dans notre époque culturelle que « la perception que quelque chose nous fait défaut nous fait elle-même défaut ». Le corps, en revanche, ne peut que se souvenir d'une époque où les céréales étaient étrangères, car à l'échelle du temps biologique, elle est très récente.


Il serait donc judicieux d'éliminer le blé, voire tous les membres de la famille des céréales, et retourner aux dicotylédones ou aux pseudo-céréales comme le quinoa, le sarrasin ou l'amarante. Si on élimine le blé et que l'on comble le vide laissé par son absence par des fruits, des légumes, des viandes de bonne qualité et des aliments qui correspondent à nos besoins biologiques, nous pourrons peut-être commencer à ressentir une vitalité que beaucoup auraient du mal à imaginer. Si le blé est réellement plus une drogue qu'un aliment, nous anesthésiant jusqu'à ce que nous ne soyons plus capables de remarquer ses effets négatifs sur notre corps, il sera difficile de comprendre son emprise.

 

Soigner la maladie cœliaque

 

Bien que compliquée, cette maladie qui est une dégradation de l'intestin grêle, commence par la suppression des céréales et ensuite sa reconstruction. Il existe des plantes et des compléments alimentaires qui apportent des résultats exceptionnels et qui sont similaires à ceux que j'utilise dans les cas de candidose intestinale. Vous pouvez en avoir un aperçu et des explications très détaillées dans mon livre "Soignez enfin votre candidose intestinale" qui est le compte rendu de 10 ans de résultats concluants auprès de mes patients.

Il est important de reconstruire la muqueuse de l'intestin grêle pour lui permettre une réimplantation de la flore intestinale. Il faut un peu de patience car l'intestin se reconstruit en deux ans. Mais avec de la persévérance on s'aperçoit des améliorations de manière progressive, déjà dès le premier ou deuxième mois de traitement.

Écrire commentaire

Commentaires : 0