Le rhume des foins

 

 

 

 

Le rhume des foins est une rhinite allergique saisonnière qui touche de plus en plus de monde. Des études confirment que la pollution atmosphérique due aux fumées des véhicules et des industries augmente considérablement la sensibilité aux pollens dans l’air.

 

 

Alors le nez démange, on a des crises d’éternuements, le nez coule, les yeux sont irrités et deviennent rouges et cela va parfois jusqu’à une gêne respiratoire asthmatiforme.

 

 

 

 

Les précautions à prendre

 

 

  • Éviter de sortir entre 6 et 10 heures du matin, heures à lesquelles le pollen est le plus abondant
  • Ne pas étendre son linge dehors
  • Laver ses cheveux à l’eau le soir avant de se coucher car les pollens se déposent sur l’oreiller
  • Mettre une pommade type « Homéoplasmine » à l’entrée des narines pour piéger les pollens

 

 

 

Traitement de crise naturel

 

  • Pour l’inflammation de la muqueuse respiratoire, faites des tisanes de plantain ou de marrube blanc.1 cuillère à café de plantes séchées pour une tasse à faire infuser 5 minutes. En boire 2 ou 3 tasses par jour.
  • Pour l’irritation nasale, faites une inhalation avec une tisane de camomille matricaire. Prenez 2 cuillères à café de plantes séchées pour un bol à faire infuser 5 minutes. Mettez une serviette sur la tête par-dessus le bol et inhaler la vapeur.

 

 

 

Traitement de cure

 

 

 

L’allergie est une affaire de terrain. La surcharge toxinique, notamment du foie et la déficience de la flore intestinale déclenche des réponses immunitaires exacerbées.

 

 

  • Évitez les produits laitiers, la charcuterie, le vin (sulfites), l'alimentation industrielle
  • Favorisez les fruits et légumes bio crus et cuit à la vapeur
  • Renforcez votre flore intestinale avec des pro et prébiotiques
  • Faites des bouillons de viandes "maison" pour renforcer la muqueuse de l'intestin grêle comme dans le régime anti candidose
  • Prenez des gouttes de bourgeons en macérât glycériné de Cassis, super anti-histaminique et anti-inflammatoire et de Noyer, reconstructeur de l’intestin grêle et facilitateur de la ré-implantation de la flore intestinale.
  • Chardon-Marie en teinture mère pour drainer le foie
  • L’huile de Perilla, reconnue pour ses vertus anti-allergique au pollen, aux acariens, aux plumes et aux poils de chat. C’est une huile très riche en oméga-3 (65%).
  • La Pétasite, plante qui a fait le sujet de nombreuse études scientifiques et qui s’avère être aussi efficace que la cétrizine (médicament de synthèse) contre les irritations et les congestions des muqueuses.

 

 

 

En homéopathie

 

 

  • POLLENS 15CH
  • POUMON HISTAMINE 15CH

 

 

 

 

 

0 commentaires

Le danger des sulfites

 

 

Les sulfites, même à faibles doses peuvent être nocifs pour la santé. Ils peuvent provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes, souvent chez les asthmatiques et déclencher des réactions d’intolérance (maux de tête, éternuement, nez qui coule, démangeaisons…). On désigne généralement sous le terme d'intolérance aux sulfites.

 

Les sulfites sont des composants chimiques contenant l’ion sulfite SO3 2-. Ce sont des substances qui existent dans la nature (aliments fermentés, polluants atmosphériques : SO2, H2SO3). Ils sont utilisés par l’homme comme conservateurs, ajoutés dans certains aliments pour leurs propriétés anti-oxydantes, et dans certains médicaments pour leurs propriétés antiseptiques. Ils étaient utilisés dès l’époque romaine pour conserver le vin.

 

On ne les trouve pas naturellement dans les aliments non fermentés. La consommation moyenne en France est estimée à 20 mg par jour. Dans la législation Européenne, ils correspondent aux codes E 220 à E228 :

 

  • E220 Anhydride sulfureux
  • E221 Sulfite de sodium
  • E223 Bisulfite de sodium
  • E224 Métabisulfite de sodium
  • E225 Sulfite de potassium
  • E226 Sulfite de calcium
  • E227 Bisulfite de calcium
  • E228 Sulfite acide de potassium

 

Les noms sur les étiquettes

 

Les sulfites sont obligatoirement mentionnés sur les étiquettes grâce à leurs différents numéros :E 220, E221, E222 E223, E224, E225, E226, E227, E228.

 

Les sulfites sont encore dénommés : Acide sulfureux(E220), Sulfite de sodium ( E221),Sulfite acide de sodium (E222),Disulfite de sodium (E223), Disulfite de potassium (E224), Sulfite de calcium(E25), Sulfite acide de calcium(E226), Sulfite acide de calcium (E227) et Sulfite acide de potassium(E228).

  • Le E220 renforce l’ arôme, blanchit et stabilise.
  • Le E221 est un Antimicrobien et antioxydant
  • Le E222 est un Conservateur et permet le blanchiment .
  • Le E227 est un agent épaississant et évite la fermentation

 

Qu’est-ce que l’intolérance aux sulfites ?

 

On parle en effet d’intolérance aux sulfites et non d’allergie car il s’agit bien souvent d’une réaction inflammatoire non spécifique, liée à l’activation de l’immunité innée suite à l’exposition des cellules aux sulfites : c’est une intolérance à un produit chimique. Les personnes asthmatiques ou porteuses d’un syndrome de Fernand-Widal (polypose nasale + asthme + intolérance à l’aspirine) sont plus sensibles à l’effet irritant des sulfites : environ 5% des asthmatiques présentent une difficulté à respirer suite à la consommation d'aliments riches en sulfites, dans la demi-heure en général. Les autres symptômes rapportés sont : un écoulement du nez, des éternuements, des démangeaisons, voire une urticaire ou des douleurs abdominales.

 

La conduite à tenir est simple : elle repose sur l’éviction des aliments et boissons riches en sulfites.

 

Selon le rapport de l’Anses, « le risque d’une exposition aux sulfites ne peut être écarté pour certaines catégories de consommateurs, notamment les gros consommateurs d’alcool) ». La consommation d'alcool représente 70% d’absorption de sulfites. En France, cela représente un million d'individus qui consomment plus de 0,7 mg par kg de poids par jour de sulfites, soit environ 50 mg par jour pour un individu de 70 kg.

 

Néanmoins, la liste est longue, et avant de mettre en place des restrictions alimentaires, on peut proposer la réalisation d’un test de réintroduction aux sulfites, sous surveillance hospitalière, pour apporter la preuve de cette intolérance.

 

 

Dans quels aliments trouve-t-on beaucoup de sulfites ?

 

 

Ces conservateurs sont surtout retrouvés dans les vins, en quantité plus importante dans les vins blancs et rosés, moins dans les vins rouges. En France, depuis le 25 novembre 2005, les bouteilles doivent mentionner la présence de sulfites si la teneur excède 10 milligrammes par litre.

 

Les vins élaborés à partir de raisins cultivés en agriculture biologique contiennent aussi des sulfites mais en plus faible quantité. La plupart des bières actuelles n’en contiennent plus.

 

Concernant les aliments, les fruits secs sont particulièrement riches en sulfites. On en trouve également dans les salades conditionnées sous plastique, les plats déshydratés, les pommes de terre séchées, les conserves de poissons, les conserves de cornichons… En Europe, la déclaration de la présence de sulfites dans les aliments est obligatoire dès lors que leur concentration atteint 10 mg/kg ou 10 mg/L.

 

Il faut donc bien lire l’étiquette avant de consommer un aliment nouveau lorsque l’on est porteur d’une intolérance aux sulfites.

 

 

Pour indication, la liste suivante récapitule quelques concentrations maximales autorisées en sulfites par aliments :

 

Aliment/Boisson Concentration maximale autorisée

  • Fruits secs 1000 mg/kg
  • Vins blancs et rosés 210 mg/L
  • Cidres 200 mg/L
  • Vins rouges 160 mg/L
  • Jus de citron (non frais) 100 mg/L
  • Pommes de terre en flocons 100 mg/kg
  • Fruits confis 60 mg/kg

 

Exemples

 

  • E220 : Viande de hamburger, bières, cidres et poirés, confiserie, confitures, fruits confits, gelées, abricots secs, ...
  • E221 : Blanchiment des filets de morue salée
  • E222 : Vins, cidres, bières, hydromels
  • E228 : Hamburgers, pommes de terre déshydratées, fruits secs, confiseries, bière, vin

 

En résumé, faites attention aux les aliments suivants :

  • Fines herbes
  • Cornichons, ketchup, moutarde
  • Confiture
  • Fruits : conserve, confits, séchés, jus, salades, sirop…
  • Légumes : en conserve, congelés, séchés
  • Céréales
  • Charcuteries
  • Poissons et crustacés
  • Pommes de terre sous toutes ses formes
  • Biscuits, pains, gâteaux..
  • Vinaigre, vinaigrettes
  • Vins
  • Sauces
  • Soupes…

 

Comment vous débarrasser des sulfites ?

 

Les aliments détoxifiants peuvent vous aider à vous débarrasser des sulfites ou de tout toxiques alimentaires. Il y a les aliments contenant du souffre comme les fruits de mer, le poisson, les œufs, les produits laitiers, les amandes, les noix et les noisettes, l’oignon, l’ail, la ciboulette, les poireaux, les lentilles et autres légumineuses, le navet, les choux, le brocoli, le cresson, les asperges et la chlorella.

 

Source : Extrait d'une publication faite le 3 juin 2013 par le Pr François-Xavier Blanc, chef du service de pneumologie au CHU de Nantes.

 

2 commentaires

Allergie à l'ambroisie

Nez qui coule, yeux qui piquent, éternuements...


Chaque année, vous êtes entre 6 à 12 % à être sensible au pollen d'ambroisie. Et cette année 2014 s'annonce avec une accentuation du phénomène. Et c'est parce qu'il y a plus de vent, principal vecteur de la propagation du pollen. Il suffit de 5 grains de pollen par mètre cube d'air pour que les symptômes apparaissent.


Le genre Ambrosia compte une quarantaine d’espèces dont la plupart sont originaire d’Amérique du nord. Seule l’ambroisie maritime est considérée originaire de la région méditerranéenne en Europe. C'est au 19ème que l’ambroisie y a été introduite. L’ambroisie est l’espèce la plus répandue au monde et en Europe.


Des produits agricoles contaminés avec des graines d’ambroisie importés du Canada et des USA sont probablement la principale cause d’entrée en Europe par des lots de trèfle rouge.


Les symptômes de l'allergies :


Bien que la plupart du temps les rhumes des foins font leur apparition en mai-juin, c'est d'août à octobre que l'ambroisie fait ses victimes.

  • rhinite : éternuements, écoulement nasal…
  • conjonctivite : yeux rouges, larmoyants et qui picotent
  • urticaire, démangeaisons, éruptions cutanés…
  • difficultés respiratoires : asthme (toux, essoufflement…)
  • trachéite : toux sèche


Remèdes homéopathiques :


  • Pollen 15 ch, 1 dose, une seule fois
  • Ambrosia Artemisiaefolia en 5 Ch à raison de 3 granules 3 fois par jour jusqu'à disparition des symptômes allergiques.
  • Alium Cepa 5 ch, 3 granules 3 fois par jour jusqu'à disparition des symptômes si écoulement nasal clair


En gemmothérapie :


  • Bourgeons macérat de Cassis, 8 à 15 gouttes par jour en 1 ou 2 prises pendant 3 semaines
  • Bourgeons macérat de Rosat Canina, 8 à 15 gouttes par jour en 1 ou 2 prises pendant 3 semaines
  • Vous pouvez associer les deux en même temps pour optimiser les effets.



Précautions à prendre :


  • Mettre une pommade type « Homéoplasmine © » à l'entrée des narines pour piéger les pollens lorsque vous sortez dehors.
  • Lavez régulièrement vos draps et taies d'oreiller
  • Lavez-vous les cheveux en rentant car les pollens se collent sur eux
  • Mangez léger : évitez viandes, charcuterie, sucreries, alcool
  • Attention au tabac !


0 commentaires