L'échinacée contre les maux de l'hiver

Le retour du froid déclenche, comme chaque année, la publicité sur la prévention de la grippe ! Et encore une fois, seul le vaccin est mis en avant comme seul moyen efficace contre le virus !

 

Je le rappelle encore une fois, comme le disait Claude Bernard trois fois lauréat de l'Académie des Sciences, membre de cette Académie en 1854 et de l'Académie de Médecine en 1861, dont les résultats de son enseignement au Collège de France sont inscrits dans 18 volumes, le virus n'est rien, le terrain est tout ! Pasteur prétendit ensuite le contraire, ce qui lui permit de développer les vaccins.

 

Si vous voulez évitez les désagréments de la grippe, assainissez votre hygiène de vie. Mangez sainement, c'est à dire le moins de produits transformés mais plutôt des fruits et des légumes,

 

très peu de féculents qui encrassent la lymphe, le sang et les intestins et oxygénez-vous en pratiquant du sport ou des activités de plein air.

 

C'est la qualité de votre terrain biologique qui favorise ou non la prolifération ou la survie du virus. Alors, arrêtez de lui donner à manger les cochonneries que vous ingurgitez vous-même. Il ne faut pas en vouloir aux virus, c'est leur job de faire le ménage !

 

Et puis, comme me disait un jour un médecin, 90 %

 

 

 

 

des malades atteint par le virus de la grippe le sont par la peur de l'avoir.

 

D'après de nombreuses études scientifiques, et ce depuis les années 1970, on constate que cette plante favorise la production d’interféron dans la cellule, augmente la production de cellules T et purifie le sang et la lymphe. Elle encourage également l’activité des macrophages et la phagocytose.

 

C'est ainsi que Rudy Bauer, professeur de biologie pharmaceutique à l’Université Heinrich-Heine (Dusseldorf), spécialiste en recherche sur l’échinacée en Allemagne, soutient que l’échinacée lutte contre les infections virales en partie grâce à ses polysaccharides.

 

 

Ce stress de la grippe fait fondre leur système immunitaire comme neige au soleil ! Alors, dites-vous : même pas peur !

 

Les virus n'aiment pas l'échinacée

 

En attendant que vous vous repreniez en main, dans l'urgence, l'échinacée est une plante qui est très efficace pour

vous défendre contre le virus de la grippe. Selon certains chercheurs, elle contient une substance qui renforce la membrane cellulaire contre la pénétration des virus qui s'y reproduisent.

 

L'échinacée était utilisée depuis très longtemps par les Amérindiens comme remède contre les piqûres d’insectes et les morsures de serpents. Aujourd'hui, l’échinacée est conseillée pour soigner les états grippaux et les états infectieux.

 

D’autre part, selon une étude publiée par le National Cancer Institute, les polysaccharides joueraient également un rôle dans la lutte contre le cancer, puisqu’ils aideraient l’organisme à détruire les cellules mutantes avant leur transformation en cellules cancéreuses.

 

L'échinacée est déjà efficace à un dosage aussi bas que 250 mg par jour, et il est déconseillé de dépasser la dose journalière de 3000 mg. Selon les chercheurs, l’échinacée devrait être utilisée par périodes de 14 jours consécutifs, et il ne faudrait jamais, en tout cas, dépasser huit semaines sans interruption.

 

Attention ! Cette plante est à éviter toutes les fois où on se trouve en présence de maladies auto-immunes ou de greffes d’organes.

 

Voir aussi l'article sur la propolis


0 commentaires

Le froid est là et le nez coule

 

Pourquoi le froid favorise un nez qui coule avec des rhumes de cerveau, des rhinites ou des sinusites ?

 

A l'intérieur du nez, il y a des cavités nasales appelées sinus qui sont tapissés d'une muqueuse sécrétant une substance épaisse appelée mucus. Ce mucus garde au chaud et à l'humidité la muqueuse lors de l'inhalation de l'air et permet aussi d'emprisonner au passage des particules de l'atmosphère ou des bactéries et virus indésirables pour protéger les poumons .

 

Nous produisons et évacuons dans l'arrière-gorge vers l'intestin environ 1 litre de mucus chaque jour sans le savoir. Avec les baisses de température en hiver, la muqueuse va s'épaissir davantage mais son pouvoir de protection ne s'applique pas à la totalité des bactéries ou virus. Certains vont apprécier le milieu chaud et humide de ce mucus pour se reproduire. C'est ce qui arrive quand on a un rhume.

 

Quand ça arrive, l'infection va faire gonfler la muqueuse nasale et va sécréter plus de mucus pour se débarrasser des intrus. Mais souvent la muqueuse est tellement gonflée que les canaux d'évacuation sont pincés, rétrécis et le nez se bouche. A ce moment, soit on évacue par l'arrière-gorge le mucus ou alors on fait une sinusite. La perte de l'odorat est aussi un symptôme de cette affection.

 

Comment se soigner ?

 

D'abord, la prévention en cas de pollution. Il est fortement conseillé de mettre un corps gras dans chaque narine sous forme de pommade (du type Homéoplasmine©) pour piéger à l'entrée du nez un maximum de particules issues de la pollution. En période de contagion, utilisez les vaporisateurs nasals à la propolis. La propolis a en effet des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires puissantes.

 

Soyez vigilant sur votre hygiène alimentaire.

 

Tout le monde est tenté de manger plus et plus riche pour se réchauffer mais c'est un piège car une digestion plus longue puise beaucoup plus d'énergie. Notamment la consommation quotidienne de féculents, de légumineux, de viande et de fromage qui surcharge l'intestin plus longtemps et permettent un développement plus important de bactéries pathogènes. Cela mobilise en effet de manière plus importante le système immunitaire qui sera moins présent dans les partie aériennes du corps. Rajoutons à cela la prise fréquente d'aliments alors que l'estomac n'est pas totalement vidé et les conditions sont réunies pour aller vers la maladie.

 

L'hygiène du nez

 

Utilisez la méthode des yogis qui consiste au nettoyage du nez avec une théière ou un « lota » que l'on rempli d'eau tiède avec une cuillère à café de sel. Au dessus d'un lavabo, penchez la tête de côté de manière à avoir les deux trous des narines en vertical. Verser dans la narine supérieure l'eau qui ressortira par la narine inférieure. Entre-ouvrez la bouche pour que cela soit plus facile. Si cela retourne dans la gorge, c'est que votre tête n'est pas bien positionnée. Ne surtout pas utiliser cette technique si la muqueuse est irritée.

 

Les soins quand le rhume est là.

 

La capillothérapie du Dr Salmanoff

Il s'agit de bains de bras. Il faut tremper les bras dans de l’eau à température supportable (37°) dans un lavabo rempli et rajouter petit à petit de l’eau chaude pour arriver en quelques minutes à la température de 43-44°. Surveiller à l’aide d’un thermomètre de bain pour maintenir cette température pendant 20 minutes. Cela provoque une vaso-dilatation qui accélère la circulation sanguine et fait beaucoup transpirer le visage et le cou. Le soulagement et de décongestionnement de la tête survient rapidement.

 

Tisane

Sureau (fleurs) : infuser 10 minutes et boire 3 à 4 tasses par jour. Et un bon bol le soir avant de se coucher dans le but de transpirer. Vous éliminerez ainsi plus de toxines.

 

 

0 commentaires

Se prémunir des maux de l'hiver dès la rentrée

Encore une fois, au risque de me faire passer pour un rabâcheur, c'est par notre assiette que nous pouvons faire notre prévention contre les maladies pulmonaires et ORL. Si vous avez l'intestin encombré et encrassé par les "colles" produites par les féculents et qui tapissent les parois, c'est par les poumons que tout ça va ressurgir, sous forme de mucosités qu'il faudra expectorer ou moucher !

 

Ce qu'il faut éliminer

  • les aliments raffinés et transformés : sucre blanc, farine blanche, riz blanc, sel blanc, laitages en excès. Ils sont blancs comme neige mais sont en réalité de véritables substances encrassant l'organisme.
  • par extension, les gâteaux, les pizzas, les biscuits, le chocolat au lait, le café au lait
  • les graisses saturées, les glaces, les sodas, les excès d'alcool

 

Ce qu'il faut consommer

  • des légumes et des fruits frais et crus en grande proportion dans notre bol alimentaire
  • des huiles de première pression à froid
  • des graines oléagineuses (amandes, noisettes, tournesol, lin, courge...)
  • protéines végétales (graines germées, algues)

La contribution du zinc

Le zinc est un stimulant du système immunitaire. Associé à la vitamine A, il permet de raccourcir le temps des états grippaux. On le trouve notamment dans les aliments suivants :

  • les huîtres
  • le poisson
  • le jaune d’œuf
  • les brocolis
  • les champignons
  • la levure de bière
  • les graines de courge

La flore intestinale

Sachez que 70% de la réponse de notre système immunitaire face à une prolifération pathogène vient de l'intestin car il est le siège principal des inflammations. Il faut donc absolument lutter contre la constipation ou la diarrhée, les parasites, voir les mycoses avec par exemple :

  • les huiles essentielles d'arbre à thé ou d'origan
  • la propolis
  • les aliments riches en fibres douces
  • les aliments riches en chlorophylle
  • les aliments riches en anti-oxydants
  • les huiles riches en oméga3 (cameline, périlla, colza)

Pour rappel, vos pires ennemis sont les anti-inflammatoires et les corticoïdes responsables de baisses sévères de l'immunité. Les antibiotiques détruisent la flore intestinales et favorisent les mycoses et la résistances des bactéries pathogènes.

 

Tisane de citron

 

Buvez 2 ou 3 tasses par jour une tisane avec un citron entier "bio" que vous tranchez en y ajoutant un morceau de cannelle et un clous de girofle. Vous pouvez édulcorer avec du miel.

 

La trousse à remèdes indispensables

  • Extrait de pépins de pamplemousse, capable de détruire plus de 900 bactéries pathogènes sans détruire les bactéries amies
  • la propolis noire, tonifiante et bactéricide, pratique en spray pour la gorge
  • les probiotiques en poudre
  • Bourgeons macérat glycérinée de Cassis (gémmothérapie), stimulant puissant du système immunitaire et anti-fatigue
  • le jus d'aloe vera, qui augmente la production d'enzymes digestives et rééquilibrant de la flore intestinale
  • l'acérola, riche en vitamine C
  • le pollen frais, apporte des bactéries amies de notre flore intestinale, riche en vitamine E
  • Magnésium marin
  • Les huiles essentielles d'eucalyptus radié, de pin sylvestre et de ravintsara. Idéal en diffusion atmosphérique quelques minutes par jour. On peut mettre une goutte d'huile essentielle sur un mouchoir et la respirer.

Pour le blues de la rentrée

  • Elixir floral de Moutarde (fleur de Bach) : redonne de la joie
  • Elixir floral de millepertuis : contre la déprime favorisée par la baisse d'intensité solaire

Ne mangez pas trop

 

Les arbres dans la nature, lorsqu'ils sont soumis au froid et aux restrictions de l'hiver, donnent une généreuse fructification l'année suivante.

Moins manger en période hivernale permet de suivre le rythme de la nature dont nous faisons partie et qui est le repos.

 

 

0 commentaires

Etats grippaux : les remèdes naturels

 

L'hiver s'installe et les baisses de températures qui vont de paires épuisent nos défenses immunitaires et font par la même occasion remonter à la surface tout nos écarts alimentaires et nos carences.

Encore une fois, au risque de me faire passer pour un rabâcheur, c'est avec ce qu'on met dans notre assiette que nous pouvons faire notre prévention contre les maladies pulmonaires et ORL. Vous avez l'intestin encombré et encrassé par les "colles" produites par les féculents et qui tapissent les parois, c'est par les poumons que tout ça va ressurgir, sous forme de mucosités qu'il faudra expectorer ou moucher !


Ce qu'il faut éliminer

  • les aliments raffinés et transformés : sucre blanc, farine blanche, riz blanc (sauf basmati), sel blanc, laitages en excès. Tout cela est blanc comme neige mais ce sont en réalité de véritables substances encrassant l'organisme.
  • par extension, les gâteaux, les pizzas, les biscuits, le chocolat au lait, le café au lait
  • les graisses saturées, les glaces, les sodas, les excès d'alcool


Ce qu'il faut consommer

  • des légumes et des fruits frais et crus en grande proportion dans notre bol alimentaire (sauf pour les intestins irrités et fragilisés)
  • des huiles de première pression à froid
  • des graines oléagineuses (amandes, noisettes, tournesol, lin, courge...)
  • protéines végétales (graines germées, algues)

La contribution du zinc

Le zinc est un stimulant du système immunitaire. Associé à la vitamine A, il permet de raccourcir le temps des états grippaux. On le trouve notamment dans les aliments suivants :

  • les huîtres
  • le poisson
  • le jaune d'oeuf
  • les brocolis
  • les champignons
  • la levure de bière
  • les graines de courge

La flore intestinale

Sachez que 70% de la réponse de notre système immunitaire face à une prolifération pathogène a lieu par l'intestin car il est le siège principal des inflammations. Il faut donc absolument lutter contre la constipation ou la diarrrhée, les parasites, voir les mycoses avec par exemple :

  • les huiles essentielles d'arbre à thé ou d'origan
  • la propolis
  • les aliments riches en fibres douces
  • les aliments riches en chlorophylle
  • les aliments riches en anti-oxydants
  • les huiles riches en oméga3 (cameline, périlla, colza)

Pour rappel, vos pires ennemis sont les anti-inflammatoires et les corticoïdes responsables de baisses sévères de l'immunité. Les antibiotiques détruisent la flore intestinales et favorisent les mycoses et la résistances des bactéries pathogènes.

La trousse à remèdes indispensables

  • Extrait de pépins de pamplemousse, capable de détruire plus de 900 bactéries pathogènes sans détruire les bactéries amies
  • la propolis noire, tonifiante et bactéricide, pratique en spray pour la gorge
  • les probiotiques en poudre
  • le jus d'aloe vera, qui augmente la production d'enzymes digestives et rééquilibrant de la flore intestinale
  • l'acérola, riche en vitamine C
  • le pollen frais, apporte des bactéries amies de notre flore intestinale, riche en vitamine E
  • Les huiles essentielles de tea tree, origan et ravintsara
Lire la suite 0 commentaires